..... ..... ..... ..... ..... ..... .....

De mes débuts à aujourd'hui.

Pour voir les images en grand.
Clic droit puis :
Afficer l'image (Firefix)
Ouvrir l'image ... (Chrome)











































Mon parcours et ma méthode.

Désolé, c'est un peu long mais c'est toute une vie.


Ce que l'on demande à un professeur ce n'est pas d'être un génie, non. Ce que l'on demande à un professeur c'est de savoir transmettre ses connaissances à son élève. Et ce n'est pas parce que l'on est un génie en une matière que l'on est forcément un bon formateur.

Donc, que les choses soient claires, n'étant pas un grand nom de la peinture, mon seul objectif est de vous aider à démarrer et vous donner envie de poursuivre, non pas pour devenir de suite talentueux, mais pour vous permettre de pratiquer un loisir qui vous procure toujours plus de plaisir même si les résultats ne sont pas toujours satisfaisants. Et ce plaisir sera d'autant plus grand si vous savez ce que vous devez réellement faire et non ce que vous pensez qu'il faut faire.

Mon vécu :


Né en 1953, dès ma plus jeune enfance il s'est avéré, tant à l'école qu'à la maison, que j'avais des dispositions pour le dessin. Si bien que l'on m'a orienté dans une formation de dessin industriel car, à l'époque, il n'était pas question d'orienter un enfant vers un métier artistique. Toute activité artistique était bonne comme loisir, mais quiconque voulait en faire son métier passait pour un marginal.

En 1980 j'ai fait ma première exposition comme peintre amateur. Ayant été remarqué, par ma peinture quelque peu originale pour l'époque, on m'a proposé d'aller exploiter mon "talent" chez nos voisins Anglais, paraît-il très friands de ce genre de peinture. Mais venant tout juste d'être Papa, pas question d'accepter. Peintre amateur j'étais, peintre amateur je resterai. D'autant que j'avais bien appris la leçon de l'époque : "l'art ne nourrit pas son homme".

Après plusieurs années de petits métiers, de création d'entreprises artisanales sans grand succès, je peins de moins en moins et me lance un jour dans la création d'une Société. En ce jour mémorable j'aurai mieux fait de me casser une jambe. A l'époque je ne possédais presque rien, mais comme l'a si bien dit M. Raymond DEVOS, presque rien c'est plus que rien, et rien c'est déjà quelque chose puisque on peut avoir moins que rien. Mais ce que n'a pas dit M. DEVOS c'est que moins que rien c'est quelque chose d'énorme, à savoir : les dettes, les agios, les procès, les huissiers, les impôts, etc. Bref un surendettement jusqu'au cou et des années galères pendant lesquelles on n'a pas envie de peindre.

Mais un jour, même les mauvaises choses ayant une fin, le ciel se dégage. Je me suis remis à peindre, à exposer et à vendre. Petit à petit les choses se sont inversées. De moins que rien on passe à rien (plus de dettes) puis à presque rien, puis avec le pas grand chose c'est déjà un certain confort. Moi qui ne voulais pas vivre de la peinture pour ne pas passer pour un marginal, maintenant c'est la peinture qui me nourrit et je ne suis pas marginal pour autant. Les temps changent !

Avant de parler de ma méthode, voilà mon parcours artistique :


Comme je l'ai dit plus haut, j'ai toujours eu des dispositions pour le dessin. Ce qui est déjà un privilège. Mais autre privilège, mon père René VOLLE (1923-1988) était peintre amateur. Après avoir pris des cours à l'école municipale des Beaux Arts, la peinture était pour lui une véritable passion. Il a fait de nombreuses expositions en France et à l'étranger, à créé dès 1954 plusieurs associations où il donnait des cours et à son décès il nous a laissé plus de 2000 aquarelles.

En ce qui me concerne je ne suis qu'un autodidacte qui a tout de même profité de ces deux privilèges qui m'étaient offerts. C'est donc en 1980 que j'ai commencé à faire des expositions. Ma peinture de l'époque était une peinture moderne et abstraite et le médium utilisé était l'acrylique. Puis durant ma période "épique" d'artisan et de créateur d'entreprise, je n'ai plus touché ni crayons ni pinceaux. Si bien que je n'ai jamais peint aux côté de mon père.

Ce n'est qu'après son décès que je me suis remis à la peinture. Il était aquarelliste et, pour lui rendre hommage en quelque sorte, ne maîtrisant absolument pas ce médium malgré de nombreuses tentatives désastreuses, j'ai décidé de m'y remettre. J'ai récupéré les cours qu'il donnait dans ces associations, je les ai appliqués à la lettre et bien que maîtrisant déjà le dessin et la peinture acrylique, mon travail ressemblait à tout sauf à de l'aquarelle. Puis un jour, à force de chercher, j'ai enfin découvert "le truc" comme je disais à l'époque. De ce jour, en quelques mois seulement, j'ai réalisé des aquarelles que j'exposais dans mon atelier et dans des galeries. Je n'irai pas dire que je les vendais comme des petits pains, mais j'ai bien vendu.

En voyant à quelle vitesse je progressais, après avoir découvert "le truc", certaines personnes de mon entourage m'ont demandés de leur donner des cours. N'étant qu'au début de mon apprentissage, j'ai refusé. Mais ils ont insisté et m'ont bien piégé en me disant : "Tu ne veux pas nous apprendre à peindre parce que tu n'est pas un pro, OK. Mais ton "truc" comme tu dis, qui te permet de progresser si vite, lui tu peux nous l'expliquer puisque c'est toi qui l'a trouvé." C'est à partir de là, en 1995, que j'ai commencé à donner des cours tout en développant ma carrière de peintre régional.

Mais très vite je me suis aperçu que mener une carrière de peintre tout en donnant des cours tous les jours, cela m'obligeait à négliger par moment une activité au profit de l'autre. C'est donc en 2005 que j'ai décidé d'arrêter ma carrière de peintre pour me consacrer exclusivement à l'enseignement du dessin. Le fait d'avoir pratiqué les deux activités en parallèle m'a permis de constater que, contrairement à mon père, j'avais plus la passion de la pédagogie que celle de réaliser des tableaux.

Ma méthode : de la pédagogie à l'andragogie.


Tout d'abord, que veut dire ce mot barbare : andragogie. L'andragogie (terme venant du grec "ander" qui signifie adulte) est la science de l’éducation des adultes intégrant les méthodes d’enseignement et les pratiques qui leur sont propres. Elle se distingue de la pédagogie qui est la science de l’éducation des enfants ("peda" signifiant enfant).

Comment j'en suis arrivé à mettre au point ma méthode de formation pour adultes serait beaucoup trop long à écrire. Tout ce que je peux dire c'est que le fait d'avoir naturellement une aptitude pour le dessin, je n'aime pas le mot "don", j'ai pu comparer ce que l'on apprend et ce que l'on fait faire à un débutant avec ce que je savais naturellement et la façon dont je procédais pour mieux faire (mon fameux "truc"). La différence est énorme et elle m'a permis de comprendre pourquoi de nombreux débutants ont le sentiment que leur professeur ne leur dit pas tout. Je ne veux pas dire pour autant que les peintres et les livres sont de mauvais formateurs. Non! Ils nous transmettent simplement à leur tour ce qu'on leur a enseigné ; et ils le font très bien. Mais il faut savoir que, pour un adulte, ce n'est pas suffisant pour maîtriser le dessin et la peintre afin d'obtenir un résultat satisfaisant. Un adulte apprend plus par la pratique que par la théorie. C'est comme vous expliquer le fonctionnement d'une voiture et vous dire : maintenant que tu sais comment fonctionne une voiture tu sais conduire. Un enfant peu le croire car avec son imagination il se voit très facilement dans la peau d'un grand champion. L'adulte, quant à lui, sait très bien qu'il ne saura conduire qu'après avoir acquis sa propre expérience au côté d'un formateur.

Comme je l'ai dit et en ai expliqué les raisons sur mon site, je ne vais pas ici vous dévoiler mon "truc" qui m'a permis, et permet à mes élèves, de progresser si vite. Pour l'instant je ne le dévoile qu'au court de mes stages. Tout ce que je peux vous en dire c'est que j'ai découvert que nous faisons tous la même erreur quand nous débutons, à savoir : vouloir reproduire le modèle. Quand un peintre, même figuratif, travaille il ne reproduit pas contrairement aux apparences, il crée. Mais que doit-il créer ? Personne ni aucun livre vous l'explique clairement. Mon "truc" c'est qu'à force de chercher, j'ai trouvé ce que l'on doit créer et je suis arrivé à trouver les mots et les preuves pour bien le comprendre. Autre découverte, c'est que tout ce que l'on doit savoir pour bien peindre s'append avec le crayon car, la peinture n'est rien d'autre qu'un dessin en couleur. Savoir dessiner c'est savoir peindre. De ces découvertes et de l'obligation à la transmettre à ceux qui me le demandaient est née ma méthode d'apprentissage.

Tout peintre sérieux vous le dira. On ne peint pas uniquement avec ce que l'on voit, on peint avant tout avec ce que l'on sait. Mais ce que l'on ne vous dit pas c'est qu'il faut avant tout apprendre à observer et ne pas se contanter de voir. C'est fondamental.

Cette méthode est donc basée sur vos propres connaissances que vous avez acquises par votre vécu, vos observations, vos expériences, vos lectures, vos compétences, etc. et non pas sur mes seules connaissances que je veux vous transmettre comme je le ferai avec un enfant ou un jeune. Un adulte exprime une grande réticence à une pédagogie classique : refus de se retrouver en situation scolaire, peur de l’échec et du ridicule, soumission au maître, image de soi dépréciée, etc.

Comme je le dis à tous mes élèves : "Tout ce que vous devez savoir vous le savez déjà en grande partie." Dans un premier temps je vous en donne la preuve, puis je vous apprends à vous en servir. Prenons deux exemples.

La perspective. Un enfant ne sait pas ce que c'est, et c'est normal. En revanche un adulte sait de par son vécu : que tout objet qui s'éloigne paraît plus petit, que les parallèles se rencontrent dans le lointain (comme les côtés d'une route), que les couleurs sont plus bleutées et plus claires à l'horizon, que les détails sont plus visibles de près que de loin, etc.

La composition. Un enfant ignore totalement de quoi il s'agit. Un adulte quant lui à déjà des acquis dans ce domaine car il a déjà été amené à décorer sa maison, ou agrémenter son jardin, ou décorer une table, etc. Il connaît donc l'impact de l'esthétique sur le ressenti de bien être et la mise en valeurs des éléments.

Donc vous n'avez nul besoin que je vous apprenne ce qu'est la perspective, la composition, etc. Ce dont vous avez besoin c'est que je vous explique clairement et simplement comment vous devez vous y prendre pour matérialiser vos propres connaissances sur le papier, pourquoi vous devez impérativement le faire mais aussi, chose très importante, comment accroître vos connaissances et progresser par vous-même comme un vrai autodidacte.

Avec ma méthode il n'y a pas de cours magistraux ou de démonstrations spectaculaires. Il n'y a rien de plus rébarbatif que des cours théoriques qui n'en finissent plus ou de constater à quel point on est nul quand on regarde un peintre travailler. De telles attitudes sont démoralisantes. Avec ma méthode je vous dispense de tout cela qui n'est que du temps perdu quand on débute. Depuis 1995 j'ai développé et développe toujours des jeux et exercices ludiques qui vous apprendront non seulement la maîtrise du dessin mais aussi vous apprendront à être le propre acteur de votre apprentissage.

Toutes les méthodes actuelles de l'apprentissage du dessin et de la peinture ont pour seul objectif de vous apprendre à bien faire le plus rapidement et le plus simplement possible. Beaucoup d'entres vous y ont cru mais se sont vite aperçus que ce n'était que du rêve. Non seulement ça ne va pas vite mais c'est loin d'être simple.

L'objectif de ma méthode est purement et simplement l'inverse. Je fais tout mon possible pour vous faire faire des erreurs tout en y trouvant du plaisir (le votre et le mien car c'est un jeu entre celui qui sait et celui qui apprend). Cela vous paraît surprenant comme démarche, mais si vous réfléchissez, c'est on ne peut plus logique car tout le monde sait que c'est en corrigeant nos erreurs que l'on progresse le mieux. Sinon à quoi servirait l'apprentissage ? L'apprentissage étant un ensemble de mécanismes menant à l'acquisition du savoir-faire et le savoir-faire étant  l'entrainement à résoudre des problèmes. Donc sachant que je vous piège pour vous faire faire des erreurs je vous oblige, à force de corrections, à trouver la bonne logique qui vous permettra de déjouer mes pièges, donc de dessiner juste. Je serai donc le piégeur piégé et ravi de l'être, car cela voudra dire que vous avez compris et que vous maîtrisez ce que vous devez savoir pour bien dessiner et peindre. Mais plus encore, je vous démontrerai qu'en réalité ce n'est pas moi qui vous piège mais vous-même. Donc vous aurez en même temps appris à vous corriger comme un vrai autodidacte.

Plus vous trouverez du plaisir à jouer à ce jeu de "piégeur piégé" entre le modèle et vous-même, plus vos progrès seront perceptibles et sans limite.

Cette formation acquise, bienvenue dans le monde des peintres où vous aurez une autre perception de tout ce qui vous entoure.